Contenu:

Idée et genèse

Histoire de la genèse

Louis II, Roi de Bavière depuis 1864, adressa en Mai 1868 à Richard Wagner qu'il tenait en grande estime les lignes suivantes:

 

Image: Projet idéal du château de Neuschwanstein

Projet idéal du château de Neuschwanstein
réalisé en 1869 par Christian Jank

"J'ai l'intention de faire reconstruire l'ancienne ruine de Hohenschwangau près de la gorge de Pöllat dans le style authentique des vieux châteaux forts allemands et je dois vous avouer que je me réjouis vivement d'y habiter un jour (dans 3 ans). Plusieurs chambres d'hôte confortables et accueillantes, depuis lesquelles on jouira d'une vue magnifique sur le majestueux sommet du Säuling, sur la chaîne du Tyrol et loin sur la plaine, doivent y être aménagées ; vous le connaissez bien, l'hôte vénéré, que je désire y héberger. L'endroit est l'un des plus beaux que l'on puisse trouver, saint et inaccessible, un temple digne de l'ami divin, par lequel seul s'épanouit le salut et la vraie bénédiction du monde. Vous y trouverez aussi des réminiscences de Tannhäuser (la ''Sängersaal'' ou salle des chanteurs avec vue sur le château à l'arrière-plan), de Lohengrin (cour du château, passage ouvert, chemin menant à la chapelle). Ce château sera dans tous les domaines plus beau et plus confortable que le château de Hohenschwangau qui se trouve plus bas et qui est profané tous les ans par la prose de ma mère. Ils vont se venger, les Dieux profanés et séjourneront là-haut auprès de nous, dans les sommets, ventés par l'air des cieux."

 

Louis II mentionne ici presque tous les aspects de son château de Neuschwantein. Ce qu'il ne mentionne pas sont les faits politiques qui sont à l'origine de ce projet : en 1866 La Bavière alliée à l'Autriche avait perdu une guerre contre la Prusse en expansion. Un pacte de "Schutz- und Trutzbündnis" (alliance défensive et offensive) fut imposé à la Bavière ; en cas de guerre il ôtait au Roi le commandement de son armée. Louis II avait de par ce pacte perdu sa souveraineté depuis 1866. Cette restriction fut le plus grand malheur de sa vie. En 1867 il commença à faire des projets pour son propre empire, dans lequel serait le vrai Roi et pourrait se mouvoir à sa guise: ses châteaux.

 

"plus beau et plus confortable que le château de Hohenschwangau"

 

Image: Château de Hohenschwangau

Louis II passe son enfance au château de Hohenschwangau

Le Prince Héritier Maximilien II de Bavière, père de Louis II, avait à partir de 1832, fait restaurer dans le "style gothique" le château délabré de Hohenschwangau. Le paysage de montagne très romantique marqua le jeune Louis qui fit du château d'été son domicile préféré.

Le château de Hohenschwangau était décoré avec des scènes de légendes et d'ouvres poétiques médiévales, dont des scènes du chevalier au cygne, Lohengrin. Louis se comparait déjà dans sa jeunesse à ce Lohengrin, auquel Richard Wagner a dédié un opéra romantique en 1850. Le cygne était en même temps l'animal héraldique des comtes de Schwangau, dont le roi se considérait descendant. Maximilien II avait déjà fait du cygne un emblème de Schwangau. Ainsi se réunissaient vénération médiévale idéaliste et tradition locale concrète.

 

Image: Gorge de Pöllat avec le Marienbrücke

Gorge de Pöllat avec le
Marienbrücke

 

"l'endroit est l'un des plus beaux que l'on puisse trouver"

Maximilien II avait déjà fait aménager chemins et points de vue dans les environs de Hohenschangau pour profiter du paysage. Dans les années 1840 il fit construire le pont "Marienbrücke" très haut au-dessus de la gorge de Pöllat, comme cadeau d'anniversaire à sa femme Marie qui faisait de l'alpinisme.

De la petite croupe de montagne à gauche du Pöllat, appelée "Jugend" (jeunesse) on avait une vue exceptionnelle sur les montagnes et les lacs. Maximilien II aimait cet endroit et projeta en 1855 d'y construire un pavillon. Le Prince Héritier Louis avait souvent été sur la "Jugend".

 

"dans le style authentique des vieux châteaux forts allemands"

 

Image: Vue d'un château d'après la Wartbourg

Vue d'un château d'après la Wartbourg près de Eisenach,
dessin à la plume, probablement de 1867

Sur la "Jugend" se trouvaient les vestiges de deux petits châteaux forts : Vorderhohenschwangau et Hinterhohenschwangau. C'est ici que Louis II projetait de construire son "Nouveau Château de Neunschwanstein" (l'appellation "Neuschwanstein" apparut seulement après la mort du roi). Elle devait mieux donner l'illusion d'un vieux château médiéval parfait que Hohenschwangau. L'idée de perfection était décisive: la reconstruction devait être d'un style pur et aménagée avec tous les éléments techniques modernes.

En 1867 Louis II alla visiter le château de la Wartbourg qui venait d'être "reconstruit". Il fut particulièrement enthousiasmé par la salle des chanteurs où eut soi-disant lieu le légendaire "tournoi des chanteurs". La Wartbourg et la salle devinrent les leitmotivs du "Nouveau Château". L'architecte Edouard Riedel dut aussi y intégrer des idées de décor de scènes exposées par le décorateur de théâtre Christian Jank.

 

"d'y habiter un jour (dans 3 ans)"

L'espoir d'un progrès rapide des travaux ne fut pas réalisé. Le projet était trop vaste et le chantier sur la montagne difficilement accessible. Les décorateurs de théâtre, les architectes et les artisans veillaient à la réalisation exacte des idées précises du roi. Ses directives en ce qui concerne les délais ne pouvaient être respectées qu'en travaillant intensivement, en partie jour et nuit.

La pose de la première pierre du ''Nouveau Château'' eut lieu le 5 Septembre 1869. Le portail, dans lequel Louis II habita des années, fut terminé en premier. C'est seulement en 1880 qu'eut lieu la fête célébrant la fin du gros ouvre du Palas, qui ne fut habitable qu'en 1884.

 

Image: Portail

Vue sur le portail, photo historique

Parallèlement à son insociabilité grandissante et sa prétention croissante à sa dignité de roi, Louis II modifia le programme de construction prévu. A la place des chambres d'hôte, il projeta une "salle mauresque" avec une fontaine, qui ne fut pas construite. La "chambre d'écriture" devint à partir de 1880 une petite grotte. La modeste "salle d'audience" devint une salle du trône immense. Elle n'était plus destinée aux audiences mais représentait un monument à la royauté et l'image de la légendaire salle du Graal. Un châssis en acier ultramoderne fut nécessaire pour pouvoir intégrer cette salle dans le Palas déjà construit. Dans la partie ouest du Palas, était prévue une "salle de bains des chevaliers" qui rappellerait le bain rituel des chevaliers du Graal. A cet endroit se trouve aujourd'hui un escalier qui mène les visiteurs vers la sortie.

| vers le haut de la page |